Sexe et drogue: que faire d’autre à Amsterdam ?

Un homme marche furtivement derrière moi et chuchote subrepticement « haschisch » d’une voix rauque et profonde. J’étais encore à l’intérieur de la gare, ce bâtiment de style néo – gothique du 19ème siècle.

L’itinéraire jusqu’à mon hôtel me fait traverser le Quartier rouge, en passant tout près de la Vieille Eglise. En tenue légère, trop maquillée, des femmes défilent dans des vitrines, en essayant d’attirer les piétons. L’arôme doux de cannabis flotte dans les ruelles sordides, apparemment ignorées par la police locale.

Enfin je trouve mon hôtel et m’effondre sur ​​le lit moelleux et confortable. La drogue, ce n’est pas mon truc, et je n’ai jamais eu l’envie/le besoin de payer pour du sexe, alors que pourrait m’apporter cette ville ? Amsterdam a sûrement plus à offrir que le sexe et la drogue.

Après un repos d’une heure et un bon petit déjeuner, je me sens prêt à attaquer Amsterdam. Une visite des canaux donne un bon aperçu de cette capitale majestueuse. Amsterdam est un peu comme un coquillage aplati : les rues rayonnent à partir du centre de la coque et les principaux canaux arqués en demi-cercles, sillonnent les rues. De nombreux ponts traversent les canaux, ce qui en fait une ville idéale pour faire du tourisme à pieds et à vélo.

Sans être un amateur d’art, le Rijksmuseum détient la plus grande collection du monde d’art hollandais. La collection est immense. Vous ne saurez pas où donner de la tête, et au bout d’un moment, vous ne passerez que quelques secondes dans des salles pleines de Rembrandt d’une valeur inestimable, de Vermeer, de Delft etc. Rien ne peut vous préparer à la Ronde de Nuit (Rembrandt). Elle est facile à trouver. Elle sera entourée par une foule de gens. Il s’agit d’une énorme toile de 3,5 par 4,5 mètres, et qui se caractérise par l’éclairage de trois personnages de renom (les autres personnes sont dans l’ombre). Même ceux qui ne s’intéressent pas à l’art seront émus par cette œuvre extraordinaire.

Si vous ressentez un épuisement culturel, il y aussi beau, à proximité, au Musée Van Gogh, qui détient une vaste collection de ses œuvres ainsi que des expositions sur la vie troublée de cet artiste (il se coupa l’oreille et s’est suicidé à 37 ans). Presqu’aussi étonnante que l’utilisation de la lumière par Rembrandt, Les Mangeurs de pommes de terre met en évidence une famille de paysans pauvres avec leurs visages grisonnants, mangeant des pommes de terre sous la faible lumière d’une unique lampe à huile. Si vous en avez assez de voir de magnifiques tableaux, vous trouverez sûrement d’autres idées sur des blogs voyages.

La maison d’Anne Frank est située près de l’un des canaux. C’est là que la famille juive Frank (et quatre autres) fut cachée des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pendant plus de 2 ans. Elle vivait dans une annexe secrète derrière une bibliothèque, jusqu’à ce qu’elle soit dénoncée. Toute la famille sauf le père est décédée dans les camps de concentration. Anne laissa derrière elle un journal présentant un récit émouvant de ces temps difficiles et qui s’est vendu à plusieurs millions d’exemplaires.

La journée se termine par une visite de la Vieille Eglise (Oude Kerk) donnant sur le quartier rouge. C’est la plus belle des nombreuses églises à travers Amsterdam. Cette église du 14ème siècle surplombe les maisons et appartements étroits et profonds.


Il ya beaucoup plus à voir dans et autour d’Amsterdam, y compris la maison de Rembrandt, la brasserie Heineken, quelques-uns des clichés néerlandais (sabots, moulins à vent, les digues et les tulipes), certains marchés et le palais royal. Mais il faut plus de temps pour constater qu’Amsterdam est beaucoup plus que le sexe et la drogue.

 

C’est à peu près l’itinéraire que j’ai suivi durant mon séjour à Amsterdam, raconté sur mon blog voyage.

Commentaires fermés sur Sexe et drogue: que faire d’autre à Amsterdam ?